Il est aujourd’hui possible de résoudre des problèmes récurrents au niveau dentaire. L’implant dentaire fait alors partie des solutions envisageables pour remplacer une dent manquante. Celui-ci permet alors au patient de ne pas avoir de trou dans la mâchoire afin d’avoir un sourire éclatant. Une technique dentaire particulièrement efficace aujourd’hui.

Mais alors, dans quelles situations est-il possible d’envisager la pose d’un implant dentaire ? Comment cette technique fonctionne-t-elle ?

Implant dentaire : présentation

Il est courant de parler d’implant pour désigner la pose d’une racine artificielle dans la bouche du patient à l’endroit où il manque une dent. L’implant prend alors la forme d’une vis en titane déposée dans l’os de la mâchoire du patient.

Celle-ci permet de mettre en place un ancrage durable dans la bouche du patient pour recevoir ensuite une dent artificielle comme une couronne.

La mise en place de l’implant dentaire

Cette technique doit se faire dans des conditions particulières et minutieuses afin d’obtenir le résultat attendu. Il faut alors se renseigner auprès d’un chirurgien-dentiste spécialisé pour envisager la mise en place d’implant pour sa mâchoire. Généralement, la pose se pratique dans un bloc opératoire.

La pose de l’implant : première étape

En effet, le chirurgien-dentiste procède à la fixation dans l’os de la mâchoire d’une racine artificielle. Celle-ci permet ensuite de venir y poser une prothèse pour remplacer la dent manquante. Il faut alors insérer une vis dans la gencive pour pouvoir ensuite venir y fixer la nouvelle dent artificielle.

Cette opération dure le plus souvent entre 1h à 1h30 selon les besoins du patient. L’anesthésie n’est pas générale, mais seulement locale pour permettre au patient de récupérer plus facilement.

Le suivi d’un traitement après la pose pour favoriser la bonne cicatrisation

Une fois l’implant posé, le dentiste prescrit au patient un traitement antibiotique et anti-inflammatoire pour limiter les infections et les douleurs à la suite de l’opération.

Ainsi, durant toute cette étape, l’implant dentaire ne dispose pas encore de la dent artificielle. Celle-ci doit être posée par la suite lorsque la cicatrisation est efficace.

Les conditions pour avoir recours à l’implant dentaire

Dans un premier temps, il faut suivre un traitement particulier avant la mise en place d’un implant. Cela permet au dentiste de s’assurer que l’hygiène dentaire est parfaite avant l’ouverture de la gencive pour y déposer l’implant. Les risques liés à une infection sont alors mieux maîtrisés de cette façon.

Si le patient vient de se faire arracher une dent, il faut aussi attendre la cicatrisation de l’os avant de venir y déposer l’implant. Ces différentes situations doivent être connues par le dentiste avant d’envisager la pose d’une nouvelle dent artificielle. La première consultation est donc importante pour poser le maximum de question et en savoir plus sur cette solution dentaire.

Il existe aussi des situations qui empêchent la pose d’une nouvelle dent artificielle. C’est notamment le cas lorsque la quantité ou bien la qualité de l’os dans laquelle le praticien doit insérer l’implant est insuffisante. De plus, cette solution n’est pas envisageable en cas de grossesse, de maladie cardiaque ou en cas de maladie osseuse. Le diabète aussi empêche la mise en place d’un implant.

En définitive, il est important de bien se renseigner auprès de son dentiste avant d’envisager la pose d’un implant dentaire. Cette solution reste idéale pour permettre au patient de retrouver une bouche sans trou et retrouver une parfaite mastication. L’esthétique dentaire entre aussi en ligne de compte pour la pose d’un implant. Le patient peut alors retrouver une dent à la place de celle manquante.

Il ne faut pas oublier de parler du prix avec le spécialiste dentaire. Selon le lieu, le prix varie notamment entre Paris et la province. Cependant, ce n’est pas le seul élément à prendre en compte. Les besoins du patient font aussi varier sensiblement le prix des soins dentaires.