L’implant dentaire est une prothèse fixe, installée dans la gencive. Onéreuse, cette solution est toutefois la plus durable et esthétique. En revanche, sa pose est relativement longue, puisqu’une période de 6 mois de cicatrisation de la mâchoire doit être respectée, avant d’installer définitivement la prothèse. Comme bon nombre d’interventions dentaires, la pose d’un tel dispositif donne lieu à une anesthésie pour implant dentaire.

Implant dentaire : l’anesthésie est généralement proposée

Quel que soit le choix de l’anesthésie, celle-ci n’influe pas sur la garantie de l’implant dentaire. En revanche, elle impacte de manière significative le confort des patients. Aussi, dans 80% des cas, c’est l’anesthésie locale qui est privilégiée pour la pose d’un implant dentaire. Ce type d’anesthésie vise à endormir une zone précise, en brouillant le message de la douleur envoyé vers le cerveau. Aussi, le patient ne ressent rien tout au long de l’opération mais reste parfaitement conscient.

L’anesthésie locale pour la pose d’un implant dentaire peut être réalisée au sein d’un cabinet. De ce fait, il n’est pas nécessaire d’envisager une hospitalisation. D’ailleurs, le porteur de l’implant peut partir dès la fin de l’intervention, sans aucun danger. Cette anesthésie pour implant dentaire est réalisée très rapidement, à l’aide d’une seringue contenant le produit anesthésiant. Alors qu’il y a quelques années, ce procédé était douloureux, aujourd’hui et grâce aux progrès de la médecine, il est presque indolore.

En revanche, à la suite de la pose d’un implant dentaire sous anesthésie locale, le patient peut ressentir un engourdissement au niveau de la bouche. Fort heureusement, cet effet s’estompe quelques heures après la fin de l’intervention. Sachez toutefois que cette anesthésie pour implant dentaire est vivement déconseillée aux femmes enceintes.

L’anesthésie générale pour la pose d’implants

L’anesthésie générale dans le cadre de la pose d’un implant dentaire n’est que très rarement employée. En effet, le dentiste l’envisage uniquement pour les personnes extrêmement anxieuses, ou lorsque l’opération peut engendrer des complications. L’anesthésie générale consiste à endormir complètement le patient, qui est alors plongé dans un état inconscient. Étant totalement endormi, celui-ci ne peut ressentir aucune douleur.

L’anesthésie pour implant dentaire générale implique la réalisation de plusieurs examens au préalable (radio des poumons, bilans sanguins, etc.), afin de s’assurer de la compatibilité du patient avec cette pratique. D’autre part, celle-ci est plus onéreuse qu’une anesthésie locale pour la pose d’un implant dentaire. Parmi les autres inconvénients, nous pouvons citer les effets secondaires plus nombreux et désagréables, ainsi que les risques plus élevés d’allergie.

À la suite d’une anesthésie générale, le patient doit être hospitalisé pendant plusieurs heures, voire plusieurs jours, afin que le personnel médical puisse s’assurer que les effets de l’anesthésie pour implant dentaire se soient complètement dissipés. Enfin, précisons qu’une intervention sous anesthésie générale doit être effectuée à jeun.

La sédation intraveineuse pour la pose d’un implant

L’anesthésie locale pour la pose d’un implant dentaire peut être complétée par une sédation intraveineuse, qui entraîne la somnolence du patient. Celui-ci reste conscient tout au long de l’intervention, en revanche, il somnole et perd la notion du temps. Il est toutefois en mesure de répondre aux questions du praticien.

Sans effet secondaire, la sédation intraveineuse est généralement choisie par le dentiste lorsque l’intervention s’avère plus longue que prévue. Prenant effet en 10 minutes, ce type de sédation est réalisé par un anesthésiste, qui restera dans le bloc opératoire tout au long de la pose de l’implant dentaire. De ce fait, cette procédure est plus onéreuse qu’une simple anesthésie locale. Elle implique également d’être à jeun et nécessite une petite période de repos, avant que le patient puisse retrouver l’intégralité de ses moyens.